Doisneau s'en va en guerre...

Publié le par Nao

Du 10 au 28 août 2011 se tient l'exposition Doisneau au château de Malbrouck (mais oui, celui de la chanson, mironton, mironton, mirontaiiiiine-euh!), à Manderen en Moselle.

 

Bien sûr, on y retrouve des clichés supra connus: la série sur l'école, la série des baisers, les classes populaires... mais aussi ses clichés de mode, de célébrités (Picasso, Bourvil...), son travail à l'urbanisme.

Les clichés sur le monde minier est très touchant et il a fait une série sur les ouvriers de Lorraine, assez méconnue. Enfin, on retrouve aussi la série américaine: Palm Spings, excellente, en couleurs, dénoncant l'aspect lisse de la société mondaine.

 

DSC07971.JPG

Sur le cliché: ancien appareil photo de mon père, cliché lomo de "Trois petits enfants blancs" de Doisneau en aggrandissement sur une facade du chateau et sur la pelouse en effet miroir, catalogue de l'exposition: série mode ("Vernissage à la Galerie Charpentier", "Bal chez Jacques Fath" et "Une femme passe"), tract visuel de l'expo

 

Cette exposition est franchement bien realisée, énormément de clichés, bien mis en valeur car dans des espaces bien distincts et dans un cadre très sympa: le château de Malbrouck.

 

Si vous ne pouvez pas vous y rendre, je vous conseille de jeter un oeil sur le catalogue d'exposition qui est très complet

DSC07974.JPG

 

 

 

Le site officiel du château de Malbrouck

 

Le livre: (en dehors de la Lorraine, vous aurez peut-être des difficultés à vous le procurer. Mais vous pourrez le commander chez votre libraire préféré). Il est richement illustré et les textes(de la fin du livre) sont en français, anglais et allemand.Le reste (préface, textes de présentation...) est uniquement en français.

Si vous ne deviez acheter qu'un livre sur Doisneau, prenez celui là car il est très complet!

 

Robert Doisneau/ Conseil général de la Moselle, préface de Philippe Claudel.- Serge Domini Editeur, 2011.

Prix: 25€ ISBN: (numéro international d'identification du livre) 978-2-35475-036-7

 

 

"Pour un peu, en me promenant dans son univers, je pourrais dire: chez lui, je suis chez moi. J'y suis comme dans ma maison dont je connaîtrais l'odeur, la lumière, les fantômes, les mémoires et les murs" citation de Philippe Claudel, dans la préface du catalogue d'exposition.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article